< Les femmes de réconfort transportées par la force miliaire japonaise est une invention ridicule!>

Publié le par daisuki

Une importante preuve trouvée des femmes de réconfort en 1992 dans une bibliothèque locale par un historien japonais Hata Ikuhiko:  1992年に日本人歴史家、秦郁彦氏によって現地の図書館で発見された慰安婦の重要な証拠

Une importante preuve trouvée des femmes de réconfort en 1992 dans une bibliothèque locale par un historien japonais Hata Ikuhiko:  1992年に日本人歴史家、秦郁彦氏によって現地の図書館で発見された慰安婦の重要な証拠

Saïsyu Shinbun (Journal local de la Corée)14 août 1989

Le Journal de l'île Saïsyu, île citée par l'écrivain et ancien soldat japonais Yoshida Seiji dans son livre < Mon crime de guerre> (seule preuve de la part du gouvernement coréen) avait affirmé en 1989 < Les femmes de réconfort transportées par la force miliaire japonaise est une invention ridicule!>

韓国の地元紙が断言!「慰安婦連行なんて馬鹿げた話だ」

Pour le 44ème anniversaire de la libération de la période coloniale japonaise, un document récemment publié qui raconte l'enlèvement de 205 femmes coréennes a suscité un grand choc en Corée.

解放44周年を迎え、日帝時代に済州島の女性を慰安婦として,205名徴用していたとの記録が刊行され、大きな衝撃を与えている。

…...Mais il n'y a presque aucun témoin qui donne une preuve évidente des récits de ce livre :L'armée du Japon a employé de force 15 ou16 personnes pour l' usine de Shiroyama pour faire des boutons de nacre, ou la réquisition forcée des femmes de réconfort dans plusieurs villages comme le village de 法環里.Les habitants de cette île nient ces récits en disant qu'ils sont totalement faux. Cela nous évoque un fort doute sur l'authenticité de ces écrits.

(…...) しかし、この本に記述されている城山浦の貝ボタン工場で15~16人を強制徴用したり、法環里などあちこちの村で行われた慰安婦狩りの話を裏づけ証言する人はほとんどいない。
島民たちは「でたらめだ」と一蹴し、この著述の信ぴょう性に対して強い疑問を投げかけている。

Une Habitante de Jyo san li, madame Tchon Tan, 85 ans a raconté .< il n'y a jamais eu ce genre d'affaire ici. Dans ce village, il n'y a seulement qu'environ 250 maisons. Si on avait réquisitionné une quinzaine de personnes de ce village, ça aurait été un incident majeur.Mais il n'y a pas eu de pareil drame à l'époque.>

城山里の住民のちょん たんさん(85歳の女性)は、「そんなことはなかった。250余の家しかないこの村で、15人も徴用したすれば大事件であるが、当時そんな事実はなかった」と語った。

Un historien local, monsieur Kim Bong 金奉玉 s'indigne. <Quand ce livre <Mon crime de guerre> de la version originale est sorti au Japon en 1983, j'ai fait des recherches de vérification pendant des années. Au final, Il y avait des parties complètement inventées. Ce livre qui n'a pas de morale, montre plutôt un vice du peuple japonaise et il me semble que l'on a ajouté un mercantilisme frivole dans ce livre. >

郷土史学者の氏は「(略)83年に原本(私の戦争犯罪…)が出た時,何年かの間追跡調査した結果、事実無根の部分もあった。むしろ日本人の悪徳ぶりを示す道徳性の欠けた本で、軽薄な商魂が加味されていると思われる」と憤慨した。

http://seitousikan.blog130.fc2.com/blog-entry-147.html

Les mamans Japonaise lancent la pétition contre la diffusion de ce film mensonger.Je vous laisse agir selon votre souhait.

http://www.change.org/petitions/第41回アングレーム国際漫画祭-代表-フランク-ボンドゥー-第41回アングレーム漫画祭は韓国の慰安婦反日キャンペーンに協力するのは止めてください?share_id=yfwwimIKUf&utm_campaign=signature_receipt&utm_medium=email&utm_source=share_petition

Commenter cet article

Bob 02/02/2014 11:30

Bonjour

Il y a pourtant des preuves, notamment pour ce qui c'est passé en Indonésie:
http://www.japantimes.co.jp/news/2007/05/12/news/files-females-forced-into-sexual-servitude-in-wartime-indonesia/#.Uu4O67Q6LTo

Il y a aussi des écrits issus de procès: On April 17, 2007 Yoshiaki Yoshimi and Hirofumi Hayashi announced the discovery, in the archives of the Tokyo Trials, of seven official documents suggesting that Imperial military forces, such as the Tokkeitai (Naval military police), forced women whose fathers attacked the Kenpeitai (Army military police), to work in front line brothels in China, Indochina and Indonesia. These documents were initially made public at the war crimes trial. In one of these, a lieutenant is quoted as confessing to having organized a brothel and having used it himself. Another source refers to Tokkeitai members having arrested women on the streets, and after enforced medical examinations, putting them in brothels